Transposition des mesures PPCR aux corps de catégorie A de l’Enseignement supérieur et de la Recherche : Une première étape indispensable

jeudi 12 janvier 2017
par  Webmestre FSU-95
popularité : 96%

Les mesures contenues dans le protocole « PPCR » (Parcours professionnels, carrières, rémunérations »), signé par la FSU, sont mises en œuvre progressivement dans tous les secteurs de la Fonction publique. A tous les niveaux, la FSU et ses syndicats nationaux interviennent pour que chaque agent bénéficie d’une revalorisation de sa carrière et de son traitement.

Communiqué FSU
Les Lilas le 12 janvier 2017

Transposition des mesures PPCR aux corps de catégorie A de l’Enseignement supérieur et de la Recherche : Une première étape indispensable

Les mesures contenues dans le protocole « PPCR » (Parcours professionnels, carrières, rémunérations »), signé par la FSU, sont mises en œuvre progressivement dans tous les secteurs de la Fonction publique. A tous les niveaux, la FSU et ses syndicats nationaux interviennent pour que chaque agent bénéficie d’une revalorisation de sa carrière et de son traitement.

La FSU a, dès le début des concertations relatives à PPCR, regretté par contre que le calendrier de mise en œuvre des mesures soit trop étalé dans le temps.

Lors des négociations PPCR, la FSU a beaucoup œuvré pour que tous les personnel, jusqu’à la catégorie A+, et notamment ceux de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, bénéficient d’avancées en matière de rénovation des carrières et de revalorisation indiciaire.

Aucune amélioration des carrières des enseignants-chercheurs, chercheurs, IT, ITRF et de bibliothèques n’avait été réalisée depuis des années.

Il faut, par exemple, remonter à 2001 pour parler de la fusion des première et seconde classes des maitres de conférences, et en 2009 pour voir le raccourcissement de quelques échelons des grilles de professeurs et de maîtres de conférences. Et depuis la fonctionnarisation des chercheurs des EPST en 1983, aucune amélioration des carrières n’avait eu lieu alors que des mesures avaient permis d’améliorer celles des enseignants chercheurs. De nombreux éléments contribuant à des blocages de carrières devaient être levés dans les filières de bibliothèques et ITRF.

Les mesures présentées aujourd’hui par la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la recherche permettent enfin de rattraper des différentiels de carrière comme par exemple entre les maitres de conférences et les chargés de recherche. Les carrières des personnels de bibliothèques et de la filière ITRF vont être sensiblement améliorées.

C’est pourquoi la FSU et ses syndicats nationaux SNCS, SNESUP et SNASUB accueillent favorablement la transposition des mesures PPCR aux corps de l’Enseignement supérieur et de la Recherche présentées ce jour par le Ministère, notamment en ce qui concerne l’augmentation indiciaire revalorisant les carrières de tous les corps, le transfert primes/points et l’engagement à dérouler une carrière sur au moins 2 grades.

En tout état de cause, la revalorisation des carrières est attendue depuis longtemps par les personnels, comme celle des rémunérations. Si la FSU a salué le dégel du point d’indice à hauteur de 1,2 %, elle estime que les pertes subies ces dernières années nécessitent une réelle revalorisation par un plan de rattrapage.

Comme la Ministre l’a affirmé durant la réunion de ce jour, « tout n’est pas réglé par ces mesures ».

Pour la FSU et se syndicats, les mesures présentées ce jour ne sauraient représenter qu’une première étape dans la reconnaissance des qualifications, des missions, du rôle et de l’engagement des personnels de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, comme de ceux de toute la Fonction publique. C’est pourquoi elle poursuivra son action syndicale déterminée sur tous les points qu’il reste à approfondir et à améliorer, afin que tous les agents de l’ESR bénéficient des avancées les meilleures possibles.

Philippe CASTEL, chargé des relations avec la presse pour la FSU


Navigation

Articles de la rubrique